Appel pour la loi créant la fonction de directrice et de directeur d’école (loi Rilhac)

Nous, signataires, enseignantes, enseignants, directrices et directeurs d’écoles, nous souhaitons que la loi en faveur de la fonction de directeur ou de directrice d’école (loi Rilhac) soit adoptée et enfin effective !

Nous voulons que l’école soit enfin reconnue, ce que cette loi permet enfin… Nous déclarons vouloir que l’école, les équipes pédagogiques et les directions d’écoles soient enfin reconnues dans les faits et dans les textes.

Nous voulons que soit inscrit dans la loi que la directrice ou le directeur “veille à la bonne marche de chaque école maternelle, élémentaire ou primaire“ qu’il ou elle “assure la coordination entre les maitres, entérine les décisions du Conseil d’Ecole et les met en œuvre, organise les débats sur les questions relatives à la vie scolaire ».

Nous voulons que la directrice ou le directeur d’École “bénéficie d’une autorité fonctionnelle dans le cadre des missions qui lui sont confiées“, considérant que c’est enfin ce qui lui permettra d’être reconnu(e) comme tel(le) par tous les partenaires extérieurs, renforçant de fait le fonctionnement de l’équipe pédagogique par cette reconnaissance de la légitimité du pilotage de l’école.

Nous voulons que soient reconnues les décisions du Conseil des Maitres quant à la formation continue.

Nous voulons que soit reconnu l’emploi de direction d’école

Nous voulons que la décharge d’enseignement puisse être inscrite dans un décret d’application de telle sorte qu’elle puisse “permettre à la directrice ou au directeur de remplir effectivement ses fonctions“.
Nous voulons que la directrice ou le directeur d’école soit pleinement disponible pour répondre à toutes les interrogations quotidiennes des enseignants, des autres membres de l’équipe éducative, des familles, pour la bonne marche de l’école en direction des élèves et de leurs apprentissages.

Nous voulons que les élections des représentants des parents d’élèves puisse se faire par voie électronique, que ce choix permette la simplification comme une meilleure représentativité.

Nous voulons que la sécurité dans l’école soit enfin adaptée à la situation de chaque école et que la directrice ou le directeur puisse donner son avis au regard des spécificités de chaque école.

Nous, signataires, enseignantes, enseignants, directrices et directeurs d’écoles, considérons que la loi en faveur de la fonction de directeur ou de directrice d’école (loi Rilhac) correspond à nos attentes dans sa deuxième lecture et demandons aux sénateurs, aux députés, au gouvernement, de tout faire pour que sa mise en œuvre soit la plus rapide et efficiente possible.